Voyages

Wellington, une seconde maison à l'autre bout du monde

Wellington, une seconde maison à l'autre bout du monde

J’ai quitté Wellington il y a maintenant quatre mois et j’arrive tout juste à me poser pour écrire sur ce lieu si particulier. Il est parfois difficile de mettre des mots sur des émotions, des ressentis, des sensations. Il est également parfois difficile d’écrire sur des passages marquants de nos vies. J’ai très certainement repoussé ce moment, consciemment ou pas, mais je savais pertinemment que je finirai par écrire cet article. Je le savais car il m’était impossible de ne pas raconter ces quelques mois de bonheur, de partage, de rencontres, de craft beer… Ces quelques mois où je me suis tout simplement senti chez moi.

2A680462-425B-425E-A4CF-13C56DF7ACDB.JPG

Le mois d’août 2018 touchait presque à sa fin et l’hiver battait encore son plein de ce côté de l'hémisphère. Depuis quelques heures, le soleil accompagnait ma route vers Wellington, destination finale de mon roadtrip dans l’île du Nord de la Nouvelle-Zélande. Alors que j’arrivais aux abords de la capitale, un sentiment de plénitude m’envahissait à la vue de l’océan et cette ville majestueuse, adossée à ses collines. J’étais pourtant encore loin d’imaginer à quel point Welly me marquerait à jamais.

Une fois mon van garé, je pris quelques minutes pour admirer la vue que m’offrait le balcon de ma nouvelle maison en colocation : océan, ville, forêt et montagnes… Tout y était. Situé à seulement 20 minutes à pieds du centre ville, le quartier de Highbury est un véritable havre de paix à Wellington, perché sur les hauteurs, peuplé de ses maisons victoriennes et doté d’une végétation abondante. Derrière chez moi se trouvait d’ailleurs la réserve naturelle de Zealandia, abritant une vingtaine d’espèces différentes d’oiseaux et autres animaux endémiques à la Nouvelle-Zélande, s’étalant à l’horizon sur des dizaines de kilomètres.

La vue depuis mon balcon

La vue depuis mon balcon

Wellington est également connu sous le nom de “Windy Welly”, dû à la présence régulière d’un vent venant s’engouffrer dans les rues de la capitale. Ce vent, venu tout droit d'Amérique du Sud, s'accélère lors de son passage dans le détroit de Cook et vient ainsi souffler dans la baie à des vitesses battant parfois des records. Fort heureusement, Wellington ne subit ces vents violents que rarement dans l’année et reste toujours très agréable à visiter, malgré la brise. Je profitais d’ailleurs de mes premiers jours dans la capitale pour arpenter les rues du centre ville et découvrir les environs, déposant des CV dans les brasseries du coin et découvrant ses différentes facettes au fur et à mesure des kilomètres.

Élue “The Coolest Little Capital in the World” par Lonely Planet, Wellington est une ville singulière et à part entière. Oscillant entre nature et culture, elle abrite le plus grand nombre de bars et restaurants par habitants au monde et son paysage brassicole est encore inégalé. J’avais de quoi facilement m’occuper pour quelques mois !

Le front de mer de Wellington

Le front de mer de Wellington

Je commençais ainsi mes découvertes par la brasserie la plus reconnue du pays : Garage Project. Située dans le quartier branché d’Aro Valley, cette brasserie fondée en 2011 par Pete & Ian Gillespie et Jos Ruffell possède deux adresses situées dans la même rue. La première accueille la brasserie et son petit bottle shop dédié, où il est ainsi possible d’y remplir un growler à emporter chez soi, mais également de s’y procurer les bouteilles et cannettes de la gamme classique et saisonnière.

L’inventivité étant au coeur du projet, Garage Project repousse toujours un peu plus les limites de ce qu’il est possible de brasser. J’ai ainsi eu la chance de goûter la Verbotene Früchte, une Schwarzbier brassée avec tous les ingrédients présents dans le gâteau “Forêt Noire” : sucre, cacao, lactose, vanille et cerises, un vrai dessert à boire ! A retenir également :

  • La Cereal Milk Stout, une stout brassée avec des corn flakes

  • La DFA, une IPA au piment, mangue et citron vert

  • La Yuzukosho, une pilsner acide au yuzu, piment vert et pointe de sel

  • La gamme Fresh IPA : une Hazy IPA différente disponible chaque mois, utilisant des houblons, malts et levures inédits à chaque nouveau brassin.

De l’autre côté de la rue, le bar Garage Project est constamment rempli et pas seulement par des connaisseurs de bières. Le lieu accueille beaucoup de locaux, tous venus déguster une pinte, passer du bon temps, retrouver des amis, discuter de tout et de rien. Côté pression, avec pas moins de 18 bières différentes disponibles, il y en a pour tous les goûts. Une partie est réservée à la gamme classique, comportant des immanquables comme la Pale Ale Hapi Daze, la Sour White Mischief ou encore la Hazy IPA Party & Bullshit. Une autre partie met en avant les dernières nouveautés de la brasserie, à déguster en demi, pinte ou via un plateau dégustation de 6 x 15cl.

A quelques minutes du quartier d’Aro Valley se trouve le centre ville de Wellington, nommé Te Aro. C’est ici que sont regroupés la plupart des bars à bières de la ville ainsi que quelques brasseries. Une visite dans Te Aro débute souvent par un incontournable : Cuba Street, qui héberge en son sein la fontaine la plus connue de la ville (mais également la plus étrange qu’il m’ait été donné de voir, avec ses pelles remplies d’eau, se déversant les unes sur les autres). Cette rue rassemble les fans de shopping avec un nombre conséquent de petits magasins indépendants, mais fait également le bonheur des foodies de la ville avec des cafés et restaurants à perte de vue : burgers, thai, pizza, vietnamien, vegan, fish & chips, glaces… Il y en a pour tous les goûts.

Si l’on considère Cuba Street comme le poumon de Te Aro, on se rend très vite compte que Wellington est une ville à taille humaine, remplie de bonnes adresses et idéale à découvrir à pieds. Il suffit d’ailleurs de se balader un peu pour découvrir de nombreux bars dédiés à la craft beer. Ma sélection des 4 immanquables :

  • Rogue & Vagabond, avec sa terrasse remplie de coussins disséminés sur l’herbe et sa superbe exposition pour un apéro au coucher du soleil. A la pression, une rotation de 15 bières toutes provenant de brasseries Néo-Zélandaises et servies dans une très bonne atmosphère. Le lieu accueille également un grand nombre de concerts durant les week-end.

  • Little Beer Quarter (LBQ) : caché dans un dédale de rues, ce bar possède une très belle sélection de craft beers NZ et internationales en bouteilles, venant brillamment compléter les 14 bières à la pression. Deux “handpulls” viendront également ravir les fans de cask ales façon UK. Sa terrasse éloigné des rues passantes du centre ville est un vrai plus pour un apéro tout en tranquillité.

  • Golding’s Free Dive : l’un des plus anciens bar à bières de Wellington. Il fût d’ailleurs le premier à mettre à la pression les création de Garage Project, dès 2012. Voulant rendre hommage au “Dive bars” (bar de quartiers) Nord-Américains, le lieu mélange une déco inspirée de la culture Star Wars et comic books à une ambiance chaleureuse et unique en son genre.

  • The Malthouse qui, pour moi, reste tout simplement le meilleur bar à bières de la ville. Le lieu est agréable, avec sa petite terrasse donnant sur la très vivante Courtney Place. Mais sa singularité réside plutôt dans sa sélection de bières, pressions et bouteilles, tout simplement incroyable. Que vous soyez à la recherche d’une bière Belge comme l’Orval ou la Chimay, d’une Gueuze ou Lambic, d’une Imperial Stout vieillie en fût de whisky, d’une simple lager ou d’une West Coast IPA, vous trouverez forcément votre bonheur. Le staff est d’une grande gentillesse et connaît ses produits sur le bout des doigts. Le petit plus ? Les nombreux TTO (Tap Take Over) en compagnie des brasseurs, permettant un vrai échange et de belles rencontres.

Côté brasseries, Te Aro n’est pas en reste. A seulement 1 minute de Cuba Street se trouve Husk, abritant en son sein la brasserie Choice Bros, ainsi qu’un atelier de torréfaction et un restaurant. Au fond d’une petite cour illuminée par une cinquantaine d’ampoules à filaments, se trouve le bar et ses 10 bières à la pression, toute brassées sur place. Le “tasting paddle” est souvent une bonne option, permettant de goûter 4 bières en petite quantité pour se faire une idée de la gamme. Celle-ci est d’une très grande qualité et surtout très variée, prouvant l’excellent travail des brasseurs résidents. Le lieu est également l’endroit parfait pour un brunch lors d’un dimanche pluvieux, vrai cocon accueillant et chaleureux, proposant à la fois de délicieux cafés produits sur place et des plats de saisons.

A 10 minutes de Husk se trouve Fork & Brewer, lieu emblématique de la craft beer à Wellington. Et que serait une brasserie emblématique sans son talentueux brasseur ? Kelly Ryan travaille chez F&B depuis 5 ans maintenant et, grâce à la qualité de son travail, possède déjà son surnom : Brew Jesus ! Celui-ci n’est pas volé, surtout lorsque l’on réalise qu’il brasse à lui seul les 40(!) bières disponibles à la pression. Après avoir travaillé chez Fyne Ales (UK), Thornbridge (UK), Epic Brewing Company (NZ) et The Good George brewpub (NZ), Kelly Ryan est venu apporter son expertise et sa créativité à Fork & Brewer. Peu importe le style, le résultat est tout simplement incroyable. Que ce soit la Bohemian Hipster Pilsner, la Charlie XPA, la Galactic Gose ou encore la Miso Stout, chaque bière possède un petit quelque chose en plus, qui fait de Fork & Brewer une adresse immanquable lors d’un passage à Wellington.

En sortant de Fork & Brewer, j’aimais souvent rejoindre le front de mer piéton de Wellington, situé à deux pas du merveilleux musée Te Papa. Accueillant auparavant le port industriel de la ville, l’endroit est désormais un lieu de vie, entre bars, restaurants et plongeoirs publics. Les locaux s’y promènent après leur journée de travail, profitant des derniers rayons du soleil pour admirer la baie et les ferries partant en direction de l’île du sud. Piétons, cyclistes et skaters se croisent et vont ainsi rejoindre la plage de d’Oriental Bay pour quelques instants de repos au bord de l’eau. Cette baie à quelque chose de magique, en particulier lors du coucher du soleil, le crépuscule offrant des couleurs extraordinaires se reflétant sur la mer et les maisons adossées aux collines du Mont Victoria.

Vue depuis le Mt Victoria

Vue depuis le Mt Victoria

Mais si vous ne vous trouvez pas à Oriental Bay au moment du coucher du soleil, sachez qu’il peut également être admiré en ville, sur le rooftop de la brasserie Fortune Favours. Cachée dans une petite ruelle accueillant la Chocolaterie de Wellington, la pizzeria immanquable de la ville (Pizza Pomodoro) et l’un des meilleurs bars à cocktails du coin (The Hanging Ditch), Fortune Favours gardera toujours une place à part entière dans mon coeur. J’y ai en effet travaillé pendant 5 mois, côtoyant des collègues incroyables et en y faisant des rencontres inoubliables.

La brasserie est encore toute jeune, puisqu’elle a ouvert ses portes en 2016. Le lieu est, quant à lui, unique en son genre, s’établissant dans les anciens locaux d’une usine de restauration de meubles. Le passé industriel du lieu est encore ultra-présent à travers les multiples poutres en béton et les murs marqués par le temps, autour du bar et des fermenteurs situés au rez-de-chaussé. A l’étage, les deux cuves de brassage côtoient le second bar et les deux terrasses ensoleillées.

Un coucher de soleil depuis l’une des terrasses de Fortune Favours

Un coucher de soleil depuis l’une des terrasses de Fortune Favours

Les bières brassées sur place et disponibles à la pression ou en cannettes sont complétées par une sélection impressionnante de gins Néo-Zélandais ainsi que par du Kombucha (thé fermenté non alcoolisé) fabriqué sur place et des sodas locaux. Pour accompagner tout cela, un “Meat & Cheese Bar” propose de la charcuterie venue de Nouvelle-Zélande, d’Espagne et d’Italie, ainsi que des fromages régionaux et internationaux (oui, on y retrouve quelques fromages Français à la carte, pour mon plus grand bonheur !).

Côté nourriture, je vous conseille de tester le Tempeh Filled Roll (hot dog végétarien) et l’un des “cheese and beer paddle”, vous permettant de goûter 4 fromages accompagnés de 4 bières en accord. Côté boissons, les bières sont brassées avec passion par Dale Cooper et sont toutes plus excellentes les unes que les autres. Gros coup de coeur pour la très équilibrée Katipo Red IPA, la surprenante et très houblonnée Necromancer Stout, sans oublier la Speedster XPA boostée par ses houblons Galaxy. Si vous le pouvez, venez-y un jeudi aux alentours de 17h : la brasserie y propose chaque semaine, à la pression, 20L d’une bière expérimentale à goûter !

Cet article est déjà bien plus long que je ne le pensais et je pourrais encore vous parlez pendant des heures de Wellington. Je pourrais vous raconter à quel point la fête est toujours joyeuse dans les bars de Courtney Place et que le KC Café, malgré une devanture douteuse, est sûrement le meilleur restaurant chinois du coin. Je pourrais vous parler de la beauté du jardin botanique, accessible via le Cable Car ou encore de la vue majestueuse qui vous attend en haut du Mont Victoria, surplombant la baie et dévoilant toute la beauté de Welly. Je pourrais également vous parler de la magnifique Lyall Bay et de sa brasserie Parrot Dog… Mais en y réfléchissant, le mieux est encore que vous vous rendiez à Wellington pour y découvrir tous ses trésors cachés et, je l’espère, y trouver autant de bonheur que moi.

Marrickville, berceau de la craft beer à Sydney

Marrickville, berceau de la craft beer à Sydney

Voyage au paradis - Un mois dans l'île du Sud de la Nouvelle-Zélande

Voyage au paradis - Un mois dans l'île du Sud de la Nouvelle-Zélande